Faisons connaissance avec ces honorables MASSEY

Placide MASSEY (1777-1853)
Daniel MASSEY (1798-1856)

Ch-Vincent MASSEY(1887-1967)

John MASSEY (1950-

Athena MASSEY (1971-
Ann James MASSEY

 

 

Charles-Vincent MASSEY ( 1887-1967 )

né le 20 février 1887 à TORONTO d'une grande famille canadienne car son père était le président de Massey-Harris Compagny, entreprise de fabrication de matériel agricole connue dans le monde entier et son frère n'était autre que le célèbre acteur, Raymond MASSEY. Après le collège St Andrew, il pousuit ses études à l'Université de TORONTO puis à OXFORD. Avant de commencer sa carrière diplomatique, Vincent MASSEY a dirigé pendant 4 ans l'entreprise de son père. Mais durant sa présidence de Massey-Harris Compagny, il continue à montrer un grand intérêt des activités philantropiques en faisant la promotion des arts et des lettres.

En 1926, Vincent est nommé Ministre à l'ambassade du Canada à WASHINGTON, puis Haut commissaire à LONDRES (1935) où le roi George VI lui décerne le titre de Compagnon d'honneur (1946).

En 1949, de retour au CANADA, il est désigné président de la Commission royale d'enquête sur l'avancement des arts, des lettres et des sciences ( Rapport Massey ).

En 1952, Vincent MASSEY est le premier canadien à être nommé au poste de Gouverneur général. Pendant son mandat, qui sera reconduit à deux reprises, il a su mettre en valeur la diversité culturelle du CANADA, promouvoir l'unité et l'identité canadiennes, tout en respectant sa Majesté, la Couronne et son cérémonial.

A son décès, le 30 décembre 1967, Vincent MASSEY aura des funérailles nationales au CANADA qu'il a contribué à développer.

 

 

 

 

Haut de page

 

 

 

 

Placide MASSEY ( 1777-1850 )

fils de cordonnier, herboriste puis botaniste, créateur du jardin qui porte son nom à TARBES, chef-lieu du département des Hautes-Pyrénées. Après avoir été Aide naturaliste au Jardin des Plantes de PARIS, Placide MASSEY devint :

  • Intendant des Jardins de la reine Hortense,
  • Inspecteur dans l'Administration des Parcs,
  • Directeur des pépinières du Trianon, du potager de Versailles et du Parc de St Cloud.

Il mourut le 18 novembre 1850 sans pouvoir achever le jardin qu'il avait tracé et commencé à aménager en 1829 sur 11 hectares de prairies à TARBES. Il légua le jardin et la plupart de ses biens à la ville de TARBES. Aujourd'hui, le jardin MASSEY est remarquable par la diversité des essences de ses végétaux, à 55% d'origine exotique. On peut y admirer 1370 arbres souvent centenaires et 3800 arbustes.

 

 

 

Haut de page

 

 

 Daniel MASSEY ( 1798-1856 )
 Daniel MASSEY, immigré d'origine anglaise, naît le 24 février 1798 dans le Vermont aux Etats-Unis. Son père est propriétaire de quelques hectares de terre en Ontario au Canada. A 13 ans, Daniel est responsable de la ferme. A 21 ans, il possédait 81 hectares de terrain qui passait à 485 hectares douze ans après. Mécanicien chevronné, Daniel s'intéresse aux machines qui permettent de diminuer la main d'oeuvre. Il ouvrit un petit atelier à Newcastle en 1847 pour fabriquer et réparer des outils agricoles de base pour les fermiers de la région. La petite entreprise se fait rapidement une réputation et se développe avec des équipements de qualité. Daniel prend sa retraite en 1855 en laissant à son fils une affaire sûre et florissante. L'histoire de ce célèbre MASSEY est liée à deux autres personnages: Alanson Harris et Harry Ferguson. Alanson Harris construisit lui une fonderie pour fabriquer et réparer des machines agricoles. Massey et Harris fusionnèrent en 1891 puis la société Massey-Harris fusionna avec Ferguson. Né en 1884 sur une ferme de 40,5 hectares à Growell, en Irlande, Henry George (Harry) Ferguson s'intéresse à l'aviation avant d'ouvrir en 1911 sa propre entreprise ("May Street Motors") et consacrer ensuite son temps à faciliter le travail de l'agriculteur.

Entre 1850 et 1855, Daniel MASSEY obtenait des droits ou des brevets de fabrication de faucheuses, râteaux, lieuses et moissonneuses. Son fils devait prendre le relais et lancer d'autres fabrications. La Massey Manufacturing Company présentait ses machines à l'exposition internationale de Paris. Les matériels Massey y ont été appréciés par Napoléon III qui en demanda l'utilisation dans les fermes d'Etat. Ce fut un grand succès. Très rapidement, la capacité de production (40000 machines et outils) permettait de réaliser 40% des ventes à l'étranger. Le 22 juillet 1891, la Massey Manufacturing Company de Toronto et la Harris, Son & Company Limited de Brantford ont fusionné pour former la Massey-Harris Company. En 1901, la première moissonneuse-batteuse faisait son apparition. En 1914, la compagnie Massey-Harris exportait 60% de sa production. Pendant la guerre, la compagnie maintenait son activité et préparait de nouvelles machines, notamment les fameux tracteurs Massey-Harris. En 1926, Massey-Harris implantait sa première usine en France, à Marquette Lez Lille, pour alimenter le marché européen. Cette unité de production représentait une superficie de 24000 m² et comptait 200 salariés. Aujourd'hui, cette usine couvre une surface de 24000 m² et emploie 3000 salariés. Pendant de temps-là, aux Etats-Unis, un brillant ingénieur d'origine irlandaise, Harry Ferguson, concevait un petit tracteur avec un système révolutionnaire de tringlerie à trois points qui permettait de monter les outils sur le tracteur lui-même au lieu de les traîner. En 1933, avec David Brown, Harry Ferguson conçut le premier système hydraulique de relevage. Avec ce principe, Ferguson devenait en moins de quinze ans leader mondial avec une production de 700000 tracteurs. Les dirigeants de Massey-Harris voyaient d'un mauvais oeil la réputation de ces tracteurs, d'autant plus qu'une entente avait eu lieu entre Harry Ferguson et Henry Ford pour promouvoir le système Ferguson. En 1953, on a parlé de fusion mais en fait il s'agissait plus de l'acquisition du groupe Ferguson par Massey-Harris. Le 31 octobre 1953, était formée la Massey-Harris-Ferguson. Massey-Harris apportait l'usine de tracteurs et de batteuses de Marquette, le siège social de Paris et le réseau de distribution. Ferguson apportait 70% des intérêts de Harry Ferguson de France s.a., son réseau de distribution et surtout son système Ferguson. En 1958, le groupe devient Massey-Ferguson. L'année suivante, le groupe achète la société des moteurs diesel Perkins. En 1960, une seconde usine française est construite à Beauvais.

 

Haut de page

 

 

John MASSEY

John MASSEY est né à TORONTO en 1950. Pendant un an, il fréquente l'Université Trent à Peterborough, puis poursuit ses études à l'Ontario Collège of Art à Toronto. John MASSEY travaille à transformer la matière et les perceptions. A certains moments de sa carrière, il a été perçu comme un sculpteur, un artiste produisant des installations, ou un cinéaste. Il s'est intéressé d'abord à l'élaboration de maquettes montrant l'intérieur des pièces d'une maison puis passe plus tard à la photographie d'intérieurs qu'il retouche à l'ordinateur, créant des espaces à mi-chemin entre la représentation du réel et la fiction. Depuis le début des années 1990, il utilise la photographie numérique pour créer des

images hybrides étonnantes par l'effet surréel lié au jeu des plus subtils avec la lumière, l'espace et l'échelle. Au début des années 1980, John accède à une renommée nationale et internationale. Ses oeuvres sont montrées dans des expositions très en vue au Canada, en Allemagne, aux Etats-Unis, en France et en Australie. En 1991, le Musée des beaux-arts de l'Ontario lui a consacré une exposition monographique puis le Musée des beaux-arts de Hamilton en 1994. John MASSEY a participé à de nombreuses expositions collectives dont "This Much Is Certain" au Royal College of Art Galleries à Londres, "Adorno" à la Frankfurter Kunstverein à Frankfort et "The Armory Photography Show 2002" à Nex York. A plusieurs reprises, il a exposé à la Galerie Olga Korper à Toronto. En 2005, le Centre Culturel Canadien de Paris accueille ses oeuvres dont certaines sont montrées pour la première fois en Europe.

 

 

 

Haut de page

 

Athena MASSEY

Actrice américaine née le 11 octobre 1971. Elle s'est produite sur des scènes de Théâtre et dans de nombreux grands Films, Téléfilms, Jeux vidéo interactifs, Publicités et Clips vidéo, notamment :

FILMS :

1999 - Vital (Rachel) - Molly (Lauris)

1998 - Star Portal (Quad-Rena) - Termination Man (Delilah Shane)

1997 - Poison Ivy : The New Seduction (Rebecca) - Shadow of a Scream (Alice Redmond) - James Dean: Live Fast, Die Young (Elizabeth Taylor)

1996 - The Nutty Professor (Nice Butt Table) - Virtual Combat (Liana)

1995 - Cyber Tracker II (Kessel) - Undercover (Cindy)

1992 - Jason's Choice (Film for High Schools)

1991 - Out for Justice (Uncredited)

TELEFILMS :

2001 - 2Black Scorpion

2000 - Nash Bridges (Dorie Ditlow)

1998 - Madcap Magic (Special)

1997 - L.A. Heat (Meredith Knowles)

1996 - Star Trek Voyager (Jessen) - Showtime's Red Shoe Diaries (Edna Gaines) - Seinfild (Melanie) - The Larry Sanders Show - Murder One

1993 - Ocean Park

1992 - Dark Justice

1991 - Rock The Vote - Doogie Howser - The Young and the Restless

PUBLICITE :

20 Sunset Station - 17 Station Casino Kansas City - 4 Station Casino St Charles - 1 Chevy Camero - 1 Sony - 1 Mervyn's - 1 Red Wolf Beer - 1 Q.V.C. - 1 Gennesy Lite Beer - 1 Kaboodals - 1 Michael Morrison - 1 Coca Cola - 1 Hourglass Eye Glasses - 1 Tecate - 1 Penafiel - 1 Body Glove - 1 Coppertone

CLIPS VIDEO :

Flower - Paper Doll - Post Post Modern Man - The Sea of Love - Rescue Me - Groovin' - I Love-Rock-n-Roll - Y Basta De Promesas - Ten Cuidada Con Amor - Burning for You - Got a Lot of Living to Do - You Won't See Me - How Much is that Doggie in the Window - Sentimental Lady - Heat Wave

 

Haut de page

 

 

Ann James MASSEY

La passion du détail et une profonde admiration pour les peintres hollandais du XVIIème siècle, ont conduit Ann James MASSEY, artiste récompensée internationalement, vers une maîtrise incontestable du réalisme. Depuis 1970, elle a élaboré des dessins utilisant de 20 à 40 couches de crayons à la cire, atteignant une profondeur et un détail impossibles à obtenir au pastel ou au crayon graphite. Ces dessins complexes ont été récompensés et ont été reconnus dès les premières compétitions en 1972. En 1990, Ann James MASSEY commença à compléter sa collection de dessins si précis, par des peintures également détaillées qui furent récompensées de la même façon. Ces travaux sont élaborées avec 6 à 9 couches d'huile sur panneaux d'acajou, utilisant les techniques des peintres hollandais qu'elle a étudiées à la "Schuler School of Fine Art' à Baltimore. Depuis qu'elle a ouvert sa première galerie en 1974, "The Montwood Gallery" à El Paso, Texas, Ann James MASSEY a enseigné dans des ateliers et des cours de dessins privés. A l'aide de sa deuxième galerie, "Massey Fine Arts" à Santa Teresa, New Mexico, elle a crée et jugé deux compétitions nationales, les "Masters of Colored Pencil" et "Realism up close". Cependant, le succès et la demande occasionnés par la galerie, ne lui laissent pas assez de temps pour se consacrer à son art. En 1994, elle ferme la galerie et vient s'installer à PARIS pour dédier plus de temps à son art, sa carrière et son évolution. A son arrivée à PARIS, Ann est fascinée par le mariage en Europe de l'histoire et du modernisme. Cette influence est souvent reflétée dans ses thèmes qui juxtaposent le passé et le présent. Ann ne donne plus de cours privés, bien qu'elle accorde néanmoins parfois des consultations, critiques ou démonstrations de façon occasionnelle. Elle partage son temps entre l'Europe et les USA, travaillant à son art et continuant à participer à des expositions et à être récompensée. En 2004, Ann est devenue présidente de la United Kingdom Coloured Pencil Society.

Ci-dessous un aperçu de son style. Pour en savoir plus, visiter son site : http://www.annjamesmassey.com/

 

 

Haut de page

 

Haut de page
Accueil